Articles in Category: Réflexions

L'enfant rebel !

on mercredi, 09 avril 2014. Posted in Réflexions

 

Ezéchiel 16.11-13 (cf. Osée 2.15) ; 23.42 : «  Le premier texte dit: Je t'ai parée de bijoux, j'ai mis des bracelets à tes poignets et un collier à ton cou, un anneau à ton nez, des boucles à tes oreilles, et un diadème splendide sur ta tête. Tes bijoux étaient d'or et d'argent ... tu es devenue extrêmement belle. Tu es parvenue à la royauté.

 

 

Le contexte littéraire est une parabole qui rappelle l'histoire du peuple choisi. Dieu y est comparé à un riche roi qui a recueilli une petite fille abandonnée et qui en a fait sa femme, donc la reine de son royaume. Mais cette femme, ingrate, s'est séparée de son mari/roi/sauveur et s'est prostituée à d'autres hommes. Elle s'est même prostituée avec les bijoux qu'elle avait reçus en cadeau (v.17). En conséquence, elle va être dépouillée de ses bijoux et mise à nue (v.39) pour que son apparence corresponde à sa situation réelle: elle n'est plus ni épouse, ni reine.

 

Le contexte historique montre que l'homme qui voulait épouser une femme lui offrait ce qu'il avait de plus beau, y compris des bijoux, pour lui signifier son amour et son engagement à prendre soin d'elle. Les rois faisaient des cadeaux encore plus beaux, car les femmes qu'ils épousaient devenaient des reines. 

 

D'autres passages, comme Pr 11.22, 14.24 et 25.11, 12, montrent que les bijoux et les fards n'étaient pas systématiquement considérés dans l'Ancien Testament comme des signes d'immoralité ou d'impiété.  Le deuxième texte dit : « Ils mettaient des bracelets aux mains des femmes, et une couronne splendide sur leurs têtes. »

 

Le contexte littéraire montre qu'il s'agit du même genre de parabole que dans le texte précédent. Nous sommes dans la phase qui décrit l'infidélité des deux femmes· qui représentent Israël et Juda. Ce sont leurs amants qui leur offrent ces bijoux.

 

Le contexte historique nous rappelle que les prostituées ont toujours reçu des cadeaux en échange de leurs services. C'est la prostitution et son salaire qui sont ici dénoncés. »*

 

Commentaires de l'Aumônier : L’Eternel commence la prophétie en disant : « fais connaître à Jérusalem ses abominations ! » (16.1).  Cette prophétie de l’Eternel par la bouche d’Ezéchiel démontre les abominations de Jérusalem.  Les abominations du peuple de Dieu sont mises en scène par la représentation d’une prostituée et de ses amants. Ainsi, Dieu parlait de la nation d’Israël, son peuple choisi, et ses alliances avec les autres nations païennes.  Les relations sacrées et permanentes qui existent entre Jésus-Christ et son Eglise sont symbolisées par les liens du mariage.  L’église est la mariée de Jésus, (Osée 2.19 ; Jér 3.14 ; 2 Cor 11.2 ; Ez 16:8, 13-15, 32; Jér 3:20).

 

Jérusalem avait en elle, l’idolâtrie et les coutumes païennes adoptées par le biais des transactions commerciales et des marchands ambulants, (16.31-34). Jérusalem a été livrée entre les mains de Païens qui ont semé insidieusement la pratique de l’idolâtrie. Pourtant, le centre de la richesse d’Israël était justement la cité de David où se trouvait le temple de Dieu, porteuse d’espoir et de lumière pour son peuple et pour le monde entier.

 

L’enfant de Dieu, Jérusalem, son peuple, voulait paraître comme les autres nations. Pourtant Dieu lui avait donné tout ce qu’il fallait comme l’éclat et la renommée des valeurs et des principes divins pour être la plus belle des nations, (16. 9-14).  En réponse à cela, Jérusalem s’est prostituée avec les autres nations en prenant la beauté ostentatoire par les ornements de parure et d’idolâtrie.  Tout cela en négligeant la plus grande beauté de la droiture et de la fidélité pure et sainte de Dieu, (23. 36-45). Jérusalem s’est comportée ainsi comme une prostituée.  Selon ces coutumes, qui dit « prostituée » dit également « parure d’ornements, »  Osée 2.13.

 

La prophétie d’Ezéchiel concernant tous les symboles de parure : de l’éclat et de la renommée des valeurs et des principes de Dieu (Ez 16. 9-14) se confirme par les textes trouvés dans le livre d’Apocalypse : « fin lin » Ap 19.8; « parée pour son mari » Ap 21.2; « couronne » Ap 2.10 ; « Jérusalem » Ap 3.12.  Cette parure symbolique prophétisée par Ezéchiel sera finalement une réalité accomplie par le caractère du peuple de Dieu dans la belle cité céleste - la Nouvelle Jérusalem faite par Dieu lui-même.

 

Sean Dowding, Aumônier

 

 

*Selon le texte « Parures et Bijoux, » du 23 novembre 2005 de la Commission d'éthique de l’UFB.

 

 Voir d'autres reflexions de l'Aumônier

 

 

Chacun donne selon son coeur

on lundi, 14 avril 2014. Posted in Réflexions

 

« Job 42.11, 14 : Le texte dit: « Chacun lui fit cadeau d'une pièce d'argent et d'un anneau d'or. ...il nomma ... la troisième Corne à fard. »

Le contexte littéraire nous rappelle que ce sont les frères, les sœurs et les amis de Job qui lui font ces cadeaux une fois que le Seigneur l'a rétabli dans sa santé et dans sa prospérité. Il a de nouveaux enfants. Le nom de ses trois filles est mentionné, et c'est lui qui les leur donne. 

Le contexte historique est difficile à établir. L'argent sert de support à la monnaie, et l'or est utilisé pour la fabrication de bijoux de toutes sortes. Les cornes d'ovins, de caprins ou de bovins servaient de récipients pour des pommades et des liquides parfumés. Les femmes, lorsqu'elles se faisaient belles dans des circonstances particulières, se fardaient les contours des yeux et les paupières.

Job reçoit ces cadeaux comme dignes d'un homme qui a acquis une nouvelle relation, plus profonde, avec son Dieu. D'ailleurs, ce Dieu lui a accordé deux fois plus de richesses que précédemment (v. 10). »*

Commentaires de l'aumônier : Job avait tout perdu.  Après sa guérison, ses frères et sœurs et ses amis pensaient qu’il serait obligé de travailler pendant une longue période avant de se refaire un patrimoine.  Donc, il lui offrent des « petits » cadeaux d’une pièce d’argent et d’un anneau d’or.  Ces cadeaux devraient servir à Job uniquement comme capital, moyen de commerce pour démarrer sa nouvelle vie. Ensuite, Dieu envoie à Job devant leurs yeux des troupeaux d’animaux sans la direction d’aucun berger humain.  Ainsi, Dieu fait connaître à Job son amour et se fait connaître face à ses amis.

Il ne faut jamais confondre « description » et « prescription » !  Toutes les coutumes ne sont ni les ordres, ni les recommandations de Dieu ni avant la nation d’Israël, comme dans le cas de Job, ni pendant ou après l’existence d’Israël.

La méthode de Dieu est la suivante : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez le repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger, » (Mathieu 11.28-30).  Chacun peut comprendre l’amour de Dieu grâce à son intelligence et avec l’aide de Celui-ci.  Dans sa patience et par sa bienveillance Dieu espère le changement de caractère, de comportement et de coutumes.

« L 'Éternel rétablit Job dans son premier état, quand Job eut prié pour ses amis; et l' Éternel lui accorda le double de tout ce qu'il avait possédé.

Les frères, les soeurs, et les anciens amis de Job vinrent tous le visiter, et ils mangèrent avec lui dans sa maison. Ils le plaignirent et le consolèrent de tous les malheurs que l' Éternel avait fait venir sur lui, et chacun lui donna un kesita et un anneau d 'or.

Pendant ses dernières années, Job reçut de l' Éternel plus de bénédictions qu'il n' en avait reçu dans les premières. Il posséda quatorze mille brebis, six mille chameaux, mille paires de boeufs, et mille ânesses. 

Il eut sept fils et trois filles: il donna à la première le nom de Jemima, à la seconde celui de Ketsia, et à la troisième celui de Kéren-Happuc. 

Il n 'y avait pas dans tout le pays d' aussi belles femmes que les filles de Job. Leur père leur accorda une part d 'héritage parmi leurs frères. 

Job vécut après cela cent quarante ans, et il vit ses fils et les fils de ses fils jusqu'à la quatrième génération. Et Job mourut âgé et rassasié de jours. » Job 42.10-17

 

Sean Dowding, Aumônier

 

*Selon le texte « Parures et Bijoux, » du 23 novembre 2005 de la Commission d'éthique de l’UFB.

 

 

Voir d'autres reflexions de l'Aumônier

 

Écoutons la fin du discours: Crains Dieu et observe ses commandements. C'est là ce que doit faire tout homme.

Eccl 12:13 (12:15)